Home » , , » La destruction des Juifs de Roumanie, demain au CRFJ

La destruction des Juifs de Roumanie, demain au CRFJ

CRFJ - Le Centre de recherche français à Jérusalem
a le plaisir de vous inviter à la conférence de

Florence Heymann
Anthropologue, chercheur au CRFJ (CNRS)
et
 Alexandra Laignel-Lavastine
Philosophe et historienne, chercheur associée à l’ISP (CNRS)

Avec la participation de M. Olivier Rubinstein,
Conseiller culturel et de coopération scientifique près l’Ambassade de France, directeur de l’Institut culturel français de Tel-Aviv et éditeur du Livre noir de Matatias Carp

La destruction des Juifs de Roumanie :
deux livres-événement sur une Shoah oubliée

Le mercredi 1er février 2012, à 19 heures, au CRFJ


L’horreur oubliée : la Shoah Roumaine, sous la direction d’Alexandra Laignel-Lavastine et de Florence Heymann, Revue d’histoire de la Shoah, n° 194, janvier-juin 2011, 708 pages (ouvrage collectif).

Cartea Neagra. Le Livre noir de la destruction des Juifs de Roumanie, 1940-1944, de Matatias Carp ; traduit du roumain, annoté et présenté par Alexandra Laignel-Lavastine, Paris, Denoël, 2009, 701 pages (initialement publié en 1946).

Deux ouvrages majeurs ont récemment levé le voile sur l’horreur d’un chapitre encore trop ignoré de l’histoire de la Shoah. Alors que les discours officiels roumains osaient affirmer, jusqu’à une date récente, que la Shoah n’aurait pas eu lieu en Roumanie, laquelle aurait soi-disant protégé ses Juifs, une poignée de témoins courageux et de chercheurs opiniâtres ont révélé depuis peu, documents à l’appui, à quel point le régime fasciste roumain, à l’époque le principal allié du Reich à l’Est de l’Europe, porte l’entière responsabilité de la conception et de la mise en œuvre de ces tueries. Des assassinats d’une sauvagerie inouïe, qui se soldèrent par près d’un demi-million de victimes. Une mise en œuvre il est vrai atypique, caractérisée par la diversité longtemps insoupçonnée des méthodes de tuerie : marches de la mort, exterminations par le froid et la faim, Juifs brûlés vifs par milliers dans des hangars, enfants jetés vivants dans des puits, abattage et vente des déportés aux paysans les plus offrants, noyades et fusillades massives, etc.

Restés largement méconnus des décennies durant, les massacres perpétrés par les troupes roumaines furent parmi les plus massifs de la Seconde Guerre mondiale, des pogroms de Bucarest (janvier 1941) et de Iasi (juin 1941) aux massacres de Bessarabie et de Bucovine (été 1941), pour ne rien dire des déportations meurtrières en Transnistrie, un territoire (aujourd’hui ukrainien) que le maréchal Antonescu considérait comme son « dépotoir ethnique ». Comme l’écrit Raul Hilberg, « aucun pays, Allemagne exceptée, ne participa aussi massivement au massacre des Juifs ».

Entre histoire et mémoire, cette conférence évoquera aussi la place de ces événements dans la Roumanie post-communiste, un pays qui peine encore à affronter son passé.

Florence Heymann, anthropologue et historienne, est chargée de recherche au CNRS (CRFJ). Elle a travaillé sur les identités multiples des originaires juifs de Bucovine et de Czernowitz et sur la Shoah en Roumanie. Ses recherches actuelles portent sur les multiples processus de recompositions identitaires et religieuses dans la société israélienne contemporaine. Sur Czernowitz et la Bucovine, elle a notamment publié Le Crépuscule des lieux (Paris, Stock, « Un ordre d’idées » ; Prix Wizo 2004).

Alexandra Laignel-Lavastine, philosophe et historienne, est spécialiste de l’histoire de l’Europe de l’Est au xxe siècle et chercheur associée à l’Institut des sciences sociales du politique (ISP-CNRS). Parmi ses ouvrages, traduits dans plusieurs langues, mentionnons : Cioran, Eliade, Ionesco : l’Oubli du fascisme (PUF, 2002) et Esprits d’Europe : autour de Czesław Miłosz, Jan Patočka et István Bibó (Calmann-Lévy, 2005 ; Folio Gallimard, 2010 ; Prix européen de l’Essai Charles Veillon).


Quelques extraits de presse autour du Livre noir de Matatias Carp :

« L’ouvrage de Carp est saisissant. Par son objectivité, sa sobriété, il a une force implacable, rehaussée par le travail admirable d’Alexandra Laignel-Lavastine », Serge Moscovici, « Juifs roumains de sang et de larmes », L’Express.
« Les tueries faites par les gendarmes roumains étaient aussi systématiques que celles des nazis […] Les survivants seront déportés en d’interminables marches de la mort vers les terribles camps de Transnistrie, région d’Ukraine devenue « la poubelle ethnique » de la Roumanie. Ce sont tous ces aspects de cette shoah oubliée que fait ressurgir Cartea Neagra », Marc Sémo, « L’horreur est roumaine »,Libération.

« On croyait avoir tout lu sur la Shoah, mais cette partie-là dépasse l’entendement », F.-G. Lorrain, « La Shoah oubliée », Le Point.

« Cartea Neagra s’impose comme le grand livre sur cette Shoah oubliée », Laurent Lemire, « La destruction des Juifs de Roumanie», Le Nouvel Observateur.

« Ce livre est un ouvrage exceptionnel. Et ce pour deux raisons, qui tiennent aux conditions dramatiques dans lesquelles il fut composé et aux faits proprement ahurissants qu'il décrit ». Thomas Wieder, « La Shoah sans Allemands », Le Monde.

« La version presque intégrale du Livre noir qui paraît en français chez Denoël tient d'une incroyable exhumation éditoriale. Alexandra Laignel-Lavastine s'est livrée à un travail d'édition titanesque en tenant compte des avancées des études historiques », Antoine Perraud, « Le Livre essentiel sur la Shoah roumaine », Médiapart.

Centre de recherche français à Jérusalem

3, rue Shimshon, Baka, Jérusalem

Tél : 02-565 81 11 - Fax : 02-673 53 25- E-mail : crfj@crfj.org.il

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.