Home » , , , , , , , » Non, Lieberman n'est pas responsable de la chute du Likoud-Beitenou

Non, Lieberman n'est pas responsable de la chute du Likoud-Beitenou


Le Likoud-Beitenou est-il en train de paniquer?

Les sondages sont à la baisse, et drôlement à la baisse. Si certains donnent encore le Likoud-Beitenou à 35 sièges (ce qui constitue déjà une baisse de 7 points par rapport à son niveau actuel), d'autres le donnent à 30 et des sondages privés non publiés le feraient passer sous la barre des 30 selon les dires du journaliste politique d'Aroutz 10.
Avigdor Lieberman et Binyamin Netanyahou

Le likoud-Beitenou est-il en train de perdre les pédales?

Son plus grand ennemi n'est pas la gauche travailliste, qui ne récolte au maximum que 18 sièges et qui ne lui en prend guère, non son ennemi est le parti Habait Hayehoudi de Naftali Bennett, qui le menace sérieusement sur sa droite.


Aussi le Likoud multiplie les campagnes contre Bennett. Après celle sur la désobéissance civile qui n'a pas fonctionné, le Likoud-Beitenou lance une campagne qui s'en prend à la position de certains membre de la liste Bennet quant à leurs positions sur le statut des femmes, ou encore sur le service militaire pour les Arabes et même aux propos de certains rabbins de la droite dure. Le Likoud a même publié mardi une photo de Bennett derrière des barbelés reprenant le logo du Foyer juif, mais en le changeant en "Ghetto juif" avec une étoile jaune.
La chose n'a pas vraiment plus et "une vague de réprobation a traversé le pays", indique Marc Femsohn dans son éditorial sur Guysen.com, condamnant l'utilisation de symboles de la Shoah à des fins électorales. Dans le passé le Likoud avait souvent usé trop à la légère l'image de la Shoah. Le Likoud serait-il en train de retomber dans la basse politique?

Les analystes sont nombreux à le constater.

En revanche, il semble qu'ils se trompent sur les raisons de la baisse du Likoud-Beitenou et de la montée d'Habait Hayehoudi, voire d'Otsma LeIsrael (qui remonterait à 6 sièges selon certains sondages). 

En effet, dans ce même éditorial, Marc Femsohn explique : 
"Le Foyer juif qui comptait jusqu'à présent trois députés, peut en espérer une quinzaine sous l'impulsion de Bennet qui recueille, bien entendu, l'immense majorité des suffrages des Juifs vivant en Judée-Samarie, mais aussi ceux qui, pour des raisons tant morales que religieuses, votaient jusqu'à présent pour le Likoud, mais ne peuvent se résoudre à donner leur voix à une liste sur laquelle figure en deuxième place, un Avigdor Lieberman, symbole de laïcité à la russe et, de surcroît, sous le coup d'une inculpation pour fraudes et abus de confiance."

Avigdor Lieberman
Lieberman serait donc le coupable.

Vraiment?

La montée d'Habait Hayehoudi serait due au vote de religieux ou non qui ne veulent pas donner leur voix à une liste comportant Lieberman?

C'est à mon sens une erreur d'analyse et de compréhension de la pensée de la Droite en Israël.


Il semble que le commentateur (ça n'a rien de personnel, il n'est pas le seul) surestime le poids du religieux et la force de répulsion de Lieberman.

Lieberman fait peut-être peur aux haredim, mais pas vraiment aux sionistes religieux. Nombreux ont même été ceux qui ont voté pour lui en 2009, et j'en connais!

En fait, Lieberman fait-il encore vraiment peur à quelqu'un?
Même les diplomates européens ne passent plus leur temps à le traite d'extrémiste de droite!

Marc Femsohn a, à mon sens, oublié un élément que les analystes ont trop vite oublié : Pilier de défense, Amoud Anan, l'opération militaire de novembre et surtout la façon dont elle s'est terminée.

Rappelez-vous le soir de 'annonce du cessez-le-feu : "C'est pour ça qu'on a voté Lieberman?" criait un habitant du sud.

Après s'être pris des bombes sur la tête pendant des années et 10 jours intensifs dans les abris, Netanyahou et Lieberman ont signé un cessez-le-feu jugé faiblard, incertain, sans garantie, assimilé à une capitulation.

Rappelez-vous la photo qui a fait le buzz : "Bibi Loser" avaient écrit les soldats avec leurs corps.

Si nombreux sont ceux qui pensent donner leur voix à Bennet plutôt qu'au Likoud-Beitenou, ce n'est pas à cause de Lieberman, mais plutôt à cause de son alliance avec Netanyahou. 

En s'alliant à Netanyahou sur une liste et non seulement dans une coalition, Lieberman a perdu toute la liberté de critique qu'il avait sur Netanyahou au début du mandat de 2009. Lieberman était souvent critique envers Netanyahou en effet. Lieberman représentait donc une voix critique à droite, une droite laïque qui pouvait se détacher des échecs du Likoud. Lieberman pouvait se dire plus social, Lieberman pouvait se dire plus agressif face aux Haredim, Lieberman pouvait être aussi être plus ferme face au Hamas et aux jeux de chats et de souris de Mahmoud Abbas.

Aujourd'hui Lieberman ne peut plus. Aujourd'hui Lieberman, c'est Netanyahou.

Marc Femsohn se trompe : ce sont parfois des électeurs potentiels de Lieberman, qui ne veulent pas voter pour le Likoud, qui se portent sur Naftali Bennett, pas parce que Lieberman représenterait une "laïcité à la russe" ou parce qu'il aurait une procédure sur le dos.


Par ailleurs, de la même façon, dans la deuxième partie de son édito, Marc Femsohn fait une erreur de nuance.

Il rappelle un propos important de Bennett : 


Naftali Bennett - Habait Hayehoudi
"Dans une interview, Bennett estime qu'"un pays de 64 ans ne peut pas continuer à exister sur le principe de l'Etat-refuge basé sur la défense des Juifs".
"Si cela ne tenait qu'à cela, poursuit-il, il y a d'autres endroits dans le monde où les Juifs n'ont pas à craindre pour leur sécurité, que ce soit à Melbourne ou dans le New Jersey. Là-bas, on n'envoie pas les gosses à l'armée, et on ne reçoit pas des missiles sur la tête, c'est la raison pour laquelle il faut passer du sionisme existentiel (laïc) au sionisme juif (religieux). Il faut établir une vie nationale juive et donner à ce pays un caractère juif"."

Femsohn retient essentiellement la dernière partie du propos, celle sur le sionisme religieux.
Il démontre alors comment c'est le sionisme laïc qui a fait l'Etat d'Israël et il n'a pas tort.
On comprend tout à fait qu'il n'approuve pas les propos de Bennett sur le sionisme religieux, Bennett utilise le terme "juif" dans un sens religieux, qui n'est pas le sens du sionisme laïc, qui l'utilise pour désigner un peuple.

Ce qui est dommage en revanche c'est que Marc Femsohn ne relève pas la première partie de la phrase : "un pays de 64 ans ne peut pas continuer à exister sur le principe de l'Etat-refuge basé sur la défense des Juifs".
"Si cela ne tenait qu'à cela, il y a d'autres endroits dans le monde où les Juifs n'ont pas à craindre pour leur sécurité, que ce soit à Melbourne ou dans le New Jersey. Là-bas, on n'envoie pas les gosses à l'armée, et on ne reçoit pas des missiles sur la tête"

C'est cette partie-là qui est importante et c'est sans doute celle pour laquelle nombreux sont ceux qui se tournent vers Bennett. Je ne saurais sur ce point que conseiller la lecture de mon article Israël et les intellectuels français, 1967-1982, voire de mon mémoire sur la question. J'y analyse l'idée d'Etat foyer (à ce titre la traduction foyer juif pour Habayit Hayehoudi semble inapproprié soit dit en passant), d'Etat Shoah, d'Etat refuge.

Or il est clair qu'Israël est bien autre chose que cela.
Israël est un Etat à part entière qui ne dépend pas de la Shoah, ni même des pogroms.
Israël n'est pas qu'un Etat de Juifs de Sartre, où c'est l'antisémitisme qui crée le Juif.
Israël est aussi et surtout un Etat de Juifs authentiques, fiers d'être Juifs, avec ou sans antisémitisme.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.