Home » , , , , , , , , , » Qui se cache derrière la Journée de la Terre

Qui se cache derrière la Journée de la Terre


Comme chaque année des milliers de personnes appartenant à la communauté arabe israélienne se sont réunies pour manifester à l’occasion de la Journée de la terre.


Cette journée commémore chaque année l’anniversaire de la manifestation du 30 mars 1976, contre des réquisitions de terrains par l’Etat, et dont les débordements avaient fait 6 morts parmi les Arabes israéliens. Cette Journée illustre chaque année l’une des contradictions d’une partie de la communauté arabe israélienne, qui réclame à la fois des droits en Israël, sans vouloir remplir de devoirs, et dans le même temps se revendique "arabe" et "palestinienne" … dans le nord d’Israël.

C’est à Sakhnin dans le nord d’Israël qu’a lieu traditionnellement de grands rassemblements. Cette année encore, les manifestants ont brandi des drapeaux du mouvement indépendantiste arabo-palestiniste et ont lancé des insultes contre l’Etat d’Israël, bien que les manifestants arabes soient pleinement citoyens d’Israël.

Cette année, des rassemblements ont eu lieu également en Judée-Samarie, si ce n’est qu’il s’agissait plus d’affrontements que de rassemblements.

Qalandia, au nord de Jérusalem, des affrontements ont en effet éclaté entre les manifestants et les forces de sécurité. Des Arabes se sont rassemblés au point de contrôle et ont jeté des pierres sur les policiers et les soldats qui s’y trouvaient. Les forces de sécurité ont tenté de se défendre avec des gaz lacrymogènes.

Majdal al-Shams, dans l’extrême nord du Golan, à proximité de la frontière syrienne et libanaise, une grande manifestation a eu lieu également à l’occasion de Journée de la Terre. Et malgré les changements de tons qui sont apparus depuis la guerre civile en Syrie, des Druzes restés fidèles à la Syrie, comme c’est souvent le cas dans cette région, ont brandi, eux, des drapeaux syriens et des photos du dictateur Bachar el Assad.

Bachar el Assad fut, cette année, l’invité de la Journée de la Terre.

Les affrontements ont été relativement calmes mais deux soldats, un civil et un enfant de quatre ans ont été légèrement blessés. Un civil israélien a été blessé vendredi par des jets de pierres sur sa voiture, près d’un village arabe. Et samedi après-midi, un enfant de quatre ans a été également blessé par des jets de pierre sur une voiture dans laquelle il se trouvait avec ses parents. Il a été évacué à l’hôpital Hadassah Ein Kerem.

Au total, environ 5.000 personnes ont participé au rassemblement à Sakhnin, dont des membres de la Knesset, des maires et des personnalités de premier plan du secteur arabe.

Le Maire de Sakhnin, Maazen Ganaim, considéré comme ayant des vues modérées dans le secteur arabe, a néanmoins exhorté à la réconciliation entre le Hamas et le Fatah et a appelé l’AP et le Hamas à "s’unir pour la création d’un Etat palestinien indépendant avec Jérusalem-Est comme capitale."
La députée Hanin Zoabi, qui a participé à la manifestation de Sakhnin, a déclaré : "Le vol de la terre arabe est un crime. Le public arabe est né ici et c’est sa patrie. Je n’ai pas besoin de prouver la propriété de quiconque, c’est un culot et une demande raciste des Juifs qui ont émigré ici ".
Plusieurs journalistes, dont un de la chaîne israélienne Aroutz 2 et un correspondant du réseau Al - Jazira, ont été attaqués et expulsés de la manifestation par de jeunes supporters dudictateur syrien Bachar Assad, agitant des drapeaux syriens, accusant Al-Jazira de servir les intérêts d’Israël en cherchant à l’effondrement du régime d’Assad.

Le député Ahmed Tibi a vivement condamné l’attaque contre les journalistes indiquant : "Les différences d’opinion sont légitimes, mais les agressions physiques, y compris contre les journalistes, franchissent une ligne rouge qui doit être dénoncée."

D’autres manifestations ont également eu lieu dans le Centre, près de Qalqilya, où des Arabes se sont affrontés avec des soldats israéliens et ont jeté des pierres, blessant deux soldats. Des manifestations ont également eu lieu à proximité de la tombe de Rachel à l’entrée de Bethléem.
Les manifestations ont même atteinte la bande de Gaza où le premier ministre du Hamas Ismaïl Haniyeh a déclaré continuer à soutenir les Arabes israéliens "jusqu’à la libération de toute la Palestine."

Misha Uzan - JForum / Correspondant spécial en Israël

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.