Home » , » Michaël Bar Zvi. Chronique du 5 avril 2012. Hag Pessah sameah

Michaël Bar Zvi. Chronique du 5 avril 2012. Hag Pessah sameah

Chaque année à la veille de Pessah le peuple juif s'interroge sur les notions de liberté, d'indépendance, de pureté, de transmission et de sacrifice. La tradition juive mêle toujours la gaieté à la tristesse, le faste au néfaste, le bonheur au malheur. En Israël, dès la veille de Pessah on affiche dans les rues le drapeau national, qui marque l'indépendance renouvelée du peuple juif sur sa terre, alors que l'on commence à compter les jours de l'Omer, au cours desquels on ne peut se réjouir. Les trois semaines qui commencent seront marquées par les événements les plus joyeux: le seder de Pessah, Yom HaAtsmaout, Lag Baomer; et par des journées de deuil comme Yom Hashoah et Yom Hazikaron. Etre une nation de la mémoire ne signifie pas que nous sommes un peuple d'historiens. Pire même, il semble bien que nous ayons une fâcheuse tendance à l'oubli. 



C'est d'ailleurs la raison pour laquelle nos sages ancêtres ont choisi de nous enseigner la douleur, l'esclavage, ou l'amertume par les sens en goûtant certains mets lors du seder. Nos pères avaient bien saisi notre incapacité à tirer des leçons du passé ou à interpréter les signes du destin. Le mois qui s'annonce est une période d'enseignement, à savoir un temps où la valeur essentielle qui doit nous guider dans la vie est l'authenticité, la fidélité à un patrimoine, l'attachement à la vérité. Enseigner ce n'est pas relater des faits, ce n'est pas énoncer des chiffres ou des dates, ce n'est pas non plus accumuler des informations. Non enseigner c'est bâtir et se construire en même temps. L'hébreu dit libnot ou lehibanot, mais le plus intéressant dans le mot est sa racine ben qui signifie aussi le fils. Tu diras à ton fils, comme cela figure dans les Haggadot de Pessah, c'est tu construiras tes enfants et tu te bâtiras par tes enfants. Pessah ou passerelle. Enseigner aujourd'hui au cœur de la violence sociétale c'est accomplir une double tâche que nos amis anglo-saxons ont formulé à travers les termes bridging et bonding: créer des ponts ou tisser des liens, transmettre ou relier, mais aussi attacher et fonder notre appartenance. Les drames que nous avons vécus ces dernières semaines ne sont-ils pas  l'expression morbide de ces îlots perdus ou abandonnés, où l'on n'enseigne plus ? Enseigner c'est construire. Endoctriner c'est détruire ce qu'il reste de discernement, de jugement, et de libre-arbitre.
Et comme le dit la Haggadah, le répéter est un bienfait.
Hag Herout sameakh
Michael Bar-Zvi YoD Guimel BeNissan 5772 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.