Home » , , , , , , , , » La grande surprise d'Israël : Habayit Hayehudi. Interview avec Naftali Bennett

La grande surprise d'Israël : Habayit Hayehudi. Interview avec Naftali Bennett


Naftali Bennet
La liste d’Habayit Hayehudi avec à sa tête Naftali Bennett est peut-être l’événement de la campagne électorale en Israël. Les sondages la créditent d’environ 13 sièges, certains montent même à 15 sièges, voire 18 pour les plus favorables.

Pourtant, au fond, le public francophone connaît assez peu ce parti, héritier du Parti sioniste religieux. Après l’interview du Rav Amsellem, le rabbin qui défie le Shass, nous avons voulu en savoir plus sur Habayit Hayehudi. Le staff d’Habayit Hayehudi a répondu à nos questions. Les fondements d’Habayit Hayehudi, la polémique avec le Likoud, la question sécuritaire, l’économie, tout y passe.
A noter toutefois que nous n’avons pas pu avoir d’interview filmée ou enregistrée en direct. Aussi deux questions restent en suspens et pour lesquels nous n’avons pas obtenu de réponse : les relations du parti avec le camp haredi (Shass et Yaadout Hatorah) et la place de la religion au sein de l’Etat d’Israël. Des sujets sensibles qui ne font pas l’unanimité au sein du parti ? Toutes les spéculations sont possibles.

Interview :

MU : En quelques mots dites-nous, quels sont les grands fondements d’Habayit Hayehudi ?

HH : Le Bait Hayehoudi est un parti national en plein essor. Après les élections primaires qui se sont déroulées il y a quelques mois, Naftali Bennett a été élu à la tête du parti. Sa liste pour les prochaines élections israéliennes en janvier 2013, comprend des membres religieux, non religieux, des habitants de Judée-Samarie ainsi que de la périphérie Israélienne. Notre fondement principal : Agir pour le renforcement du caractère juif de l’Etat d’Israël, de Tsahal et de l’Unité du peuple. De plus en plus d’Israéliens nous soutiennent car ils retrouvent dans notre programme les valeurs juives et sionistes auxquelles ils sont attachés ainsi qu’ une vraie volonté de faire changer les choses sur le plan social et économique.


MU : Depuis quelques semaines la polémique a enflé entre vous et le Likoud, qui a lancé une campagne contre vous en vous accusant d’avoir appelé à la désobéissance civile en cas d’évacuation d’implantations. C’est un sujet sensible. Netanyahou a indiqué qu’il ne prendrait dans son gouvernement aucun ministre qui appellerait à la désobéissance civile. Entrerez-vous au gouvernement, sous quelles conditions ? Eclairez-nous…

HH : Le Likoud a prouvé ces dernières années qu’il était susceptible de prendre des décisions qui s’opposent aux principes de bases de la droite israélienne : le retrait du Goush Katif par Ariel Sharon ; ou bien la reconnaissance d’un Etat palestinien par Binyamin Netanyahou. La droite à besoin d’un parti fort qui serve de garde-fou au Likoud et l’empêche de s’éloigner de ses principes et de ses idéaux. Ce parti est le Bait Hayéhoudi. Il est aujourd’hui évident que c’est le bloc de la droite qui va remporter haut la main ce scrutin et que, si D.ieu veut, Binyamin Netanyahou sera de nouveau Premier ministre. Naftali Bennett a plus d’une fois affirmé qu’il le soutiendrait. Mais une question subsiste : quel gouvernement Netanyahou compte-t-il mettre en place ? Une coalition de droite avec le Bait Hayéhoudi ou bien une coalition de gauche avec Shéli Yé’himovitch et Yair Lapid ? Un Bait Hayéhoudi fort préservera les intérêts de la Terre d’Israël dans le futur gouvernement.

MU : Abordons également la sécurité. Vous avez grandement critiqué le cessez-le-feu après l’opération Pilier de défense ? En deux mots avez-vous une solution miracle pour régler le problème du Hamas dans la bande de Gaza ? En deux mots aussi, quel est votre plan pour la Judée-Samarie ?

HH : Nous affirmons que le terrorisme peut être vaincu et qu’il n’y a pas lieu de ’’ faire avec ’’ comme Binyamin Nétanyahou le préconise lorsqu’il négocie de facto avec le Hamas. Nous nous opposons formellement à la politique du Premier ministre qui a accepté l’idée inconcevable de création d’un État palestinien. Nous proposons un ’’programme d’apaisement ’’ en vertu duquel Israël réintégrera toute la Zone C de Judée-Samarie, qui représente 60 % du territoire. Les Palestiniens qui y vivent se verront proposer un statut de résident et auront tous les droits accordés aux Israéliens, sauf le droit de vote. Quant aux zones A et B, où vivent la très grande majorité des Palestiniens, elles seront gérées comme une autonomie, avec liberté de mouvement totale, gestion financière et fiscale indépendante..., le contrôle sécuritaire et le contrôle des frontières restant entre les mains d’Israël.

MU : Un dernier petit mot peut-être sur l’économie, les difficultés sociales en Israël ?

HH :Nous prônons une économie juive, qui se soucie des plus faibles. L’État d’Israël a le devoir de soutenir ceux qui sont faibles tout en encourageant ceux qui le peuvent à participer à la force de travail. La mission la plus urgente doit être de baisser les prix, que ce soit dans les produits de base que dans l’immobilier. Et pour cela, nous allons devoir nous battre contre deux géants qui tiennent le marché entre leurs mains : les monopoles et les gros syndicats.


Misha Uzan - JForum / Correspondant en Israël

Ci-dessous nous partageons également une vidéo réalisée par le staff de Naftali Bennett :


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.