Home » , , , , , , , » Les Haredim vont quitter Israël

Les Haredim vont quitter Israël


Rav Ovadia Yosef

Les Haredim pourraient-il quitter l’Etat d’Israël à court ou moyen terme ?

C’est en tout cas ce qu’a déclaré le Rav Ovadia Yosef, leader spirituel du parti Shass et autorité rabbinique reconnue auprès des sépharades et des ashkénazes en matière halachique, à ses élèves.
Selon le journal Maariv qui publie l’information ce matin, le rav aurait déclaré : "nous ne pouvons tolérer le recrutement de jeunes hommes qui maintiennent notre place dans la Torah. Il est temps de voter pour les partis haredim", avant d’ajouter "Nous sommes entourés par des ennemis, des gens mauvais, qui détestent la Torah, ceux-là ne s’en soucient guère, ils nous veulent du mal et nous sommes en grande difficulté."
Lors de sa leçon hebdomadaire devant des étudiants de yeshiva vendredi dernier, le Rav Ovadia Yosef aurait par ailleurs énoncé pour conséquence du recrutement des étudiants de yeshiva, leur départ du pays : "Nous devrons malheureusement quitter le pays, partir à l’étranger, afin de libérer les étudiants de yeshiva".



Cette déclaration intervient dans le contexte de la fin de la loi Tal qui permettait aux haredim étudiant en yeshiva d’obtenir des dérogations pour ne pas accomplir leur service militaire, et de toucher des aides de l’Etat pendant leurs études en yeshiva.
Cette loi a été censurée par la Cour suprême israélienne qui l’a jugée discriminante.
Cet été plusieurs manifestations ont eu lieu en Israël pour réclamer l’instauration d’une nouvelle loi qui instaurerait une conscription pour tous les citoyens. Ces manifestations sont connues sous le nom de "manifestations des pigeons", pour protester contre l’inégalité dont s’estiment victimes les juifs laïcs qui doivent porter seuls le fardeau national. Toutefois aucun accord n’a été trouvé, ni avec les partis haredim, ni avec les partis arabes, qui ont également refusé la conscription (ni entre les autres partis entre eux). La coalition subite qui comprenait les 27 sièges du Likoud et les 28 de Kadima, lorsque Shaul Mofaz a accepté de rejoindre le gouvernement, n’a pas réussi à voter une nouvelle loi et s’est écroulée.
Parmi les différends entre les partis s’est posée la question de savoir s’il faudrait mettre en prison les haredim qui refuseraient de servir.
Mais, sans loi, aucune dérogation n’est donc censée être obtenue par les haredim.
Toutefois, malgré quelques annonces de groupes haredim (ou arabes) accomplissant un service national, le plus souvent un service civil, en dehors de l’ancien cadre accordé par la loi Tal (qui n’est plus en vigueur), aucun changement n’est réellement intervenu depuis le mois d’août. Face à l’inaction de l’Etat, certains recours ont été déposés devant la Cour suprême pour non-application de l’égalité devant la loi.
Plusieurs candidats ont fait campagne en faveur de l’enrôlement des Haredim, que ce soit via un service militaire ou civil. Les partis Shass et Yaadout Hatorah sont favorables à un arrangement du type de la loi Tal mais en toute logique le même type de dérogations serait alors à nouveau censuré par la Cour suprême pour discrimination.

Misha Uzan / JForum - Correspondant en Israël

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.