Home » , , , , , » Israël face au Hezbollah, par Michaël Bar Zvi

Israël face au Hezbollah, par Michaël Bar Zvi


Les raids aériens de Tsahal en Syrie il y a quelques jours sont-ils les signes annonciateurs d'une intervention d'Israël dans la guerre civile qui déchire ce pays depuis de nombreux mois et a déjà coûté la vie à plus de 100.000 personnes? Ou peut-être sont-ils les premiers pas d'une opération des puissances occidentales, et notamment des Etats-Unis, visant à soutenir les opposants au régime de Bachar el Assad ? Ce dernier s'efforce de  convaincre les chancelleries et les medias que tel est le sens de l'opération israélienne, en promettant une riposte. Pourtant les raisons de l'intervention israélienne n'ont qu'un lien indirect avec la guerre civile en Syrie. L'objectif de Tsahal est la lutte contre le Hezbollah, qui se déplace du sud Liban vers la Syrie. L'organisation terroriste semble vouloir profiter de sa participation aux combats aux côtés d'Assad pour s'armer en missiles longue portée, et en armes chimiques. Tout porte à croire que ces munitions sont fournies par l'Iran, dont l'armée est présente également sur le champ de bataille. Contrairement à ce que publient de nombreux médias en Europe, l'armée syrienne n'est pas en déroute et elle a repris, au terme de combats acharnés et meurtriers, des bastions et des axes routiers qui étaient tombés aux mains des rebelles, dont la voie qui mène à la frontière jordanienne à partir de Hirbat Gazale. Les Russes continuent à approvisionner le pouvoir en place en armes lourdes et sophistiquées, même s'ils affirment vouloir encourager une négociation pour aboutir à  une solution politique. Sur le terrain, Israël avait, pour des raisons humanitaires, ouvert un couloir sur le Golan pour permettre l'hospitalisation de blessés, selon un accord tacite avec les rebelles, dans une infirmerie de campagne à Tel Hazaka, au sud du plateau du Golan. Certains blessés graves étaient orientés sur les hôpitaux de Safed et Haïfa, les autres soignés sur place. Une organisation djihadiste dissidente, qui se présente comme "les martyrs du Yarmouk", a kidnappé quatre soldats philippins de l'ONU, et cet enlèvement démontre que la situation d'Israël est extrêmement délicate et dangereuse pour les soldats de Tsahal, qui risquent de se retrouver pris dans un piège entre tous les protagonistes de ce conflit. Israël avait déjà connu une telle situation il y a plus de trente ans, lors de la guerre civile au Liban et nul ne souhaite voir se reproduire le même schéma d'un engrenage qui entraîna l'Etat juif de l'aide humanitaire à une présence militaire active. Le Hezbollah et l'Iran sont les alliés du président Assad pour des raisons aussi bien politiques que religieuses, et ils entendent avant tout protéger les villages et les lieux saints de la population shiite dans la région. Israël n'est pas partie prenante dans cette guerre de religion, en revanche laisser le Hezbollah et l'Iran s'installer en force dans un pays voisin serait une grave erreur géopolitique, même si le front du sud Liban se trouve aujourd'hui dans les faubourgs de Damas.

Michaël Bar Zvi  Khaf Tet Be Yaar  5773  

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.