Home » , , , » Michaël Bar Zvi. Chronique du 12 janvier 2012. L'Iran

Michaël Bar Zvi. Chronique du 12 janvier 2012. L'Iran

Par Michaël Bar Zvi sur les événements en Iran.

Michaël Bar Zvi
Les explosions en Iran

Au lendemain de l'annonce de l'ouverture de l'usine souterraine d'enrichissement d'uranium à Fordow, l'ingénieur chargé des importations pour la centrale nucléaire de Natanz, Mostapha Ahmedi Roshan a perdu la vie dans un attentat à Téhéran. La technique utilisée, une fois encore, est celle de ce qu'on appelle la sticky bombe, lorsque deux motards placent une charge explosive sur la portière d'un véhicule en mouvement. Le temps de réaction ne permet pas aux passagers de stopper le véhicule avant l'explosion, qui, en général est très meurtrière pour les personnes à bord, sans pour autant provoquer d'importants dégâts à l'environnement, ni même au véhicule lui-même. 


Connaître le terrain en Iran

Cette méthode a été déjà été appliquée à plusieurs reprises pour la liquidation d'autres ingénieurs iraniens. Les médias attribuent bien entendu cet acte au Mossad, avec l'aide des américains. Pourtant, il faut savoir qu'une telle action ne peut se dérouler qu'avec l'aide de personnes locales. On évoque l'opposition iranienne ou la résistance kurde, car aussi bien pour l'exécution d'une telle opération, que pour la fuite des auteurs, il est nécessaire de connaître le terrain à la perfection. Ces actions entravent et retardent sérieusement l'avancée du programme de développement nucléaire iranien, mais elles ne l'arrêtent pas pour autant. Cette tactique de retardement repose sur deux principes: le premier est la volonté de ne pas attaquer l'Iran de manière frontale, et de ne pas lui donner le prétexte d'une contre-attaque contre des cibles civiles et militaires israéliennes. 

Les Etats-Unis et l'Iran

Le second principe est l'espoir, qui, ces derniers jours, ne semble plus infondé, de voir les américains changer leur attitude attentiste pour une politique plus musclée. Plusieurs sources, proches de la Maison-Blanche, ont affirmé que le président Obama et le secrétaire d'Etat à la défense Panetta ont rencontré les représentants des pays du Golfe, et notamment l'Arabie Saoudite, pour les informer de l'élévation du niveau d'alerte américain dans le détroit d'Ormuz et de l'éventualité d'une intervention armée si les Iraniens mettaient à exécution leurs menaces de fermeture. La circulation dans le détroit est vitale pour les exportations de pétrole des pays du Golfe, auxquels les Etats-Unis et l'Europe ont demandé d'augmenter leur production, dans le cadre de l'application d'un boycott à l'encontre de l'Iran. L'analyse des spécialistes israéliens, formulée il y a quelques années déjà, prend aujourd'hui tout son sens. Israël n'est pas le seul pays menacé par la bombe iranienne, et un jour ou l'autre les Etats occidentaux et les autres régimes de la région finiront par arriver à la conclusion qui s'impose: empêcher Téhéran de se munir de l'arme fatale. En attendant, il faut mettre tout en œuvre pour retarder l'échéance.

Jamais l'expression "mieux vaut tard que jamais" n'aura été aussi judicieuse.

Michael Bar-Zvi  Yod Zain Be Tevet  5772

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.