La conspiration anti-Haredim


Les choses ne se passeraient pas si bien entre Binyamin Netanyahou, Naftali Bennett et Yaïr Lapid, bien qu’ils réunissent à eux trois une majorité de 62 sièges à la Knesset. En effet le Premier ministre Binyamin Netanyahou serait furieux de la tentative de Yaïr Lapid, dirigeant de Yesh Atid, et de Naftali Bennett d’Habayit Hayehudi de tenter d’empêcher les partis Shass et Yaadout Hatorah de se joindre à la coalition, selon des sources au Likoud.

Lapid et Bennett
Selon ces sources qui ont assisté à la réunion du Likoud tenue par Netanyahou, le premier ministre aurait parlé de Lapid et de Bennett avec mépris, se plaignant du fait que "leur stratégie n’est pas de parvenir à des solutions sur des questions clés, mais d’écarter les ultra-orthodoxes." Selon les ministres cités, Netanyahou accuserait Lapid et Bennett de chercher à avancer eux-mêmes politiquement plutôt qu’à faire avancer le bien du pays.

La plateforme de Yaïr Lapid veut égaliser le fardeau du service militaire dans le pays, mais Netanyahu a déclaré que de cette façon "il n’y aura ni égalité, ni allègement de fardeau".

Netanyahou semble hausser le ton et envisage une coalition avec lesharedim en écartant Lapid et en donnant un nouvel ultimatum à Naftali Bennett. Selon ce plan, il proposerait aux partis ultra-orthodoxes de soumettre leur propre loi pour l’égalisation du fardeau national. Il formerait alors une coalition de 57 députés avec le Likoud-Beitenou, Shas et Yaadout Hatorah, Kadima, Hatnoua de Tsipi Livni, puis laisserait le choix à Bennett de rejoindre la coalition ou de provoquer de nouvelles élections en lui faisant porter la responsabilité de l’échec.

Les accusations de Netanyahou laissent toutefois certains pantois. Laisser les haredim proposer une loi qu’ils refusent depuis des années ne leur semble pas forcément la meilleure idée du monde. Si on comprend pourquoi Yesh Atid et Habayit Hayehoudi veulent écarter des Haredim qui leur mettraient des bâtons dans les roues, on comprend moins pourquoi Netanyahou s’entête à vouloir les inclure dans la coalition. Certaines sources au Likoud avaient déjà laissé entendre que Netanyahou n’avait pas l’intention de former une coalition qui comprendrait uniquement Bennett et Lapid et qui pourrait donc chuter au bon vouloir de l’un des deux. Si ce point de vue est compréhensible, on peut lui reprocher à lui aussi de privilégier la coalition et le poste de Netanyahou au détriment des besoins de réformes du pays.



Lapid et Bennett souriants
Des sources proches du premier ministre vont même plus loin, et affirment que Lapid et Bennett viseraient à briser le lien qui unit le Likoud et les partis ultra-orthodoxes depuis 36 ans, de sorte qu’après de futures prochaines élections, ils ne recommandent pas Netanyahu pour former le gouvernement. Cette explication a sans doute du sens, mais dans ce cas, elle trahit une bonne partie de l’électorat du Likoud, et de ses membres, qui ne voit pas forcément l’alliance avec les Haredim d’un bon œil.

Des ministres du Likoud ont également déclaré que Netanyahu avait clairement l’intention de garder le portefeuille des affaires étrangères pour Avigdor Liberman, même s’il ne sera pas en mesure de devenir ministre des Affaires étrangères jusqu’à ce qu’il soit blanchi des accusations portées contre lui lors de son procès, qui a débuté dimanche et se poursuivra en avril. Selon une autre source au Likoud, il n’est pas impossible que Laid remplace Lieberman à son poste si Netanyahou peut lui faire confiance, mais on est encore loin de ce stade.

Pour l’heure, la seule chose qui semble certaine, c’est que Yaïr Lapid et Naftali Bennett, soient parvenus à un accord entre eux. Le problème est que Netanyahou ne serait pas prêt à l’accepter.

Misha Uzan - JForum / Correspondant spécial en Israël

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.