Home » , , , » Le Figaro fait à nouveau très fort

Le Figaro fait à nouveau très fort

Dafna Méïr
Décidément Le Figaro excelle en "titres" lorsqu'il publie sur son site des articles AFP pour tout ce qui concerne Israël.

En seulement 4 jours, deux articles sans grand intérêt ont eu l'honneur de salir Israël comme il se doit, en le faisant passer pour un vilain Etat méchant qui tue et qui emprisonne. Pour changer. Un vilain Etat "sécuritaire", quoi!
C'est à se demander comment un quotidien qui reste encore le moins pitoyable de la presse française aujourd'hui, et qui accueille encore de grands journalistes et analystes, devient si nul et si orienté dès qu'il s'agit Israël. Alors même qu'on peut penser qu'une partie non négligeable voire importante de son électorat, est peut-être pro-israélienne. Passons.

Le 30 octobre dernier en effet, le Figaro titrait pour introduire un article de l'Agence France presse, donc écrit par des journalistes de l'AFP, et non des journalistes du Figaro : "Cisjordanie : un Palestinien abattu". Or comme chacun sait, les titres sont le plus souvent modifiés par les rédactions qui tentent par là même, de ne pas trop montrer ostensiblement qu'il s'agit là d'un vulgaire copié/collé d'un article d'agence de presse, même si la déontologie, et peut-être aussi leur contrat, les oblige toutefois à indiquer sous le titre que cet article provient de l'AFP, ou comme cela se fait parfois lorsqu'on a retouché quelques mots, à écrire "Avec AFP". 
On peut se demander toutefois si le "journaliste" qui a retouché le titre de l'AFP a bien lu l'article qui suivait (ce qui n'est pas toujours le cas dans les rédactions). Car le titre d'origine - celui de l'AFP - était : "Cisjordanie occupée : un Palestinien blesse trois soldats israéliens puis est abattu." On pourrait écrire des pages et des pages sur la subjectivité, pour ne pas dire la fausseté et l'escroquerie intellectuelle que constitue ce titre, celui de l'AFP, pour l'usage des termes "Cisjordanie occupée", "Palestinien" ou encore pour le manque de détails importants en l'espèce : les soldats ont été blessés par balles, et le tireur n'était autre qu'un agent de sécurité de l'AP, la "sacro-sainte" Autorité palestinienne" dirigée par Mahmoud Abbas, le plus souvent encensé par la presse française, malgré, là encore, les pages qu'on pourrait écrire sur le racisme, antisémitisme et conception archaïque du monde d'un tel homme. Là encore, oui là encore, passons. Ce serait trop long en effet de développer en un seul article, et même en plusieurs, même une thèse serait peut-être insuffisante, les raisons de la présentation biaisée des conflits qui touchent à l'Etat d'Israël. Nous ne pourrons que renvoyer au fil du temps à d'autres articles et auteurs de grande rigueur, indépendance et honnêteté intellectuelle.

Revenons donc au Figaro, qui, il faut bien le dire, décroche la Palme d'or avec son titre : "Un palestinien abattu". Le titre est court et simple, il est tranchant et le journaliste web qui l'a modifié, simplifié, depuis la version plus longue de l'AFP, estime sans doute avoir fait du bon travail. Sait-on jamais. On ne saura donc pas les circonstances de la mort de cette personne : un terroriste armé d'une kalachnikov, son arme de service, agent travaillant pour l' "Autorité palestinienne", organisation dont le moins qu'on puisse dire est qu'elle n'est ni démocratique, ni libérale, ni moderne ou simplement 'éclairée', agent qui a tiré sur des soldats israéliens à leur poste, un contrôle près de la petite ville de Beth El, provoquant la réplique des soldats. Et c'est ainsi donc, qu'il a été abattu. Fin de l'histoire.

Mais cette affaire de titre ne serait qu'anecdotique si ces réécritures biaisées n'étaient répétitives et constantes. Il n'a fallu que trois jours en effet - sans doute moins s'il y avait eu plus d'actualité sanglante, mince alors! - pour remettre le paquet. Le 2 novembre en effet, le Figaro a titré cette fois-ci : "Un Palestinien mineur condamné à perpétuité". Voilà comment, grâce au Figaro, on peut librement avoir bonne conscience en se disant que les Israéliens sont de bons salauds, que cet Etat est vraiment fasciste et "sécuritaire", et raciste surtout, et qu'en plus il met des mineurs en prison. Ce qui sans doute, choque la bonne conscience occidentale et son prêt à penser. Le Figaro nous permet ainsi grâce à son titre de survoler l'article pour mieux renforcer nos convictions anti-israéliennes, antisionistes, antisémites. Merci Le Figaro pour ce raccourci intellectuel et journalistique. Car là encore, le titre de l'AFP était un peu plus long, et, là encore malgré ses nombreuses imperfections qu'il serait trop long de rappeler ici - et je ne parle même pas du contenu de l'article qui feraient hérisser les poils d'un imberbe -, avait au moins le mérite d'écrire : " [...] condamné à la perpétuité pour le meurtre d'une Israélienne". Ah quand même! On ne l'a pas mis en prison pour rien apparemment ce charmant jeune homme. Quiconque a suivi l'affaire Dafna Méïr saura même - ne comptez pas sur l'article du Figaro-AFP pour vous le dire, il est suffisamment bref pour ne rien dire si ce n'est qu'il faut penser que les Israéliens sont de vilains bonshommes - qu'il a assassiné une mère de famille chez elle à Otniel, après s'être introduit dans sa maison, et que ce "mineur" lui a planté un couteau dans le ventre. Quiconque a suivi cette horrible affaire sait aussi que Dafna Méïr, une femme exemplaire dans sa vie, aura jusqu'au bout protégé ses six enfants en gardant le couteau dans son corps pendant son combat avec le "mineur" terroriste, pour éviter qu'il le reprenne afin de tuer, après elle, ses enfants ... tous mineurs eux aussi.
Ni l'AFP ni le Figaro ne tenteront de chercher à savoir comment la société arabo-musulmane - pas seulement dans sa lutte contre les vilains juifs 'sionistes', ou pas d'ailleurs -  a réussi à créer des mineurs si barbares et sanguinaires, capables de commettre de telles atrocités dignes des pires régimes totalitaires, voire pire quand on sait que ces actes sont commis par des mineurs. Ils préfèreront évidemment souligner qu'Israël condamne des "mineurs" - euphémisme pour un assassin de la sorte - à la perpétuité, et dans le cas du Figaro en supprimant même du titre la raison de cette condamnation.

Mais ce n'est qu'un titre me direz-vous ... sauf que j'aurais encore plus à dire sur le contenu de l'article - de la responsabilité de l'AFP.
Reste aussi qu'il est légitime de penser que cela se produit trop souvent pour penser qu'il n'existe pas de parti pris foncièrement hostile à Israël, ou tout du moins un sérieux problème de rédaction des titres, qu'il serait urgent de résoudre si on veut encore pouvoir prétendre que le journalisme est un métier sérieux.

Méïr Ronen - Francis-info

L'époux de Dafna Méïr et ses enfants, à son enterrement

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.