Home » » France : Chères universités de ma jeunesse

France : Chères universités de ma jeunesse

"Universités : le ras-le-bol des antibloqueurs" titre Le Figaro ce matin. Puis poursuit : "Face à al minorité de grévistes, les étudiants organisent des collectifs "antiblocage" et ont réussi à voter à une écrasante majorité la reprise des cours dans certains établissements."

Voilà qui me rappelle des souvenirs sur ce pays de mon enfance où j'ai fait toutes mes études. Dans les années 2002-2003, lorsque j'étais à Tolbiac, nous avions eu exactement le même phénomène. Je crois que c'était pour la réforme du LMD ... c'est très drôle d'en parler aujourd'hui, les grévistes étaient alors contre. MDR.

Et de la même façon que les "antibloqueurs" d'aujourd'hui évoqués par Le Figaro, nous en avons eu assez que des grévistes tous proches de l'extrême gauche prennent la fac en otage pendant deux semaines, bloquant l'entrée ou les ascenseurs et donc empêchant la tenue des cours, et même d'accéder à la bibliothèque du bâtiment. Nous avions donc nous aussi fini par organiser notre propre "AG", avions rempli le grand amphi de Tolbiac puis nous avons perdu notre temps pendant 3 heures à discutailler et nous exciter pour finalement voter la levée des "piquets de grève" comme ils disent dans leur vocabulaire idiot, et la reprise des cours. Puis nous sommes sortis de l'amphi.
Les grévistes, qui étaient restés dehors faute de pouvoir imposer leurs vues cette fois-ci, ont tout simplement attendu - contrairement à nous ils se fichaient pas mal d'aller en cours, ou d'aller étudier à la bibliothèque - puis sont rentrés dans l'amphi juste après que nous en soyons sortis. Et ont revoté la grève ...
Voilà comment ça marche chez les étudiants grévistes gauchistes.

Ce pays n'a pas changé visiblement. 
 
Méïr Ronen - 20/4/2018
Francis-info.blogspot.com

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.