Home » , , , , , , , , , , , , , » 200 caméras de sécurité dans Paris : la solution contre la délinquance en France?

200 caméras de sécurité dans Paris : la solution contre la délinquance en France?

La France aurait-elle 20 ans de retard dans la lutte contre la délinquance? N'allez pas plus loin … la réponse est oui!
Exemple de délinquance venue de banlieue, à Paris


20 – 30 ans de retard dans la lutte contre la délinquance

Fillon était en sortie atelier délinquance / vidéoprotection ce mercredi. Avec Claude Guéant, l'autre carte médiatique de Sarkozy avec Brice Hortefeux, contre la déferlante Marine Le Pen, François Fillon en a donc profité pour nous propulser dans le New York des années 80 ou la Londres des années 90. A moins que … non c'était à Paris fin 2011.

Le plan Fillon 2007 … non 2011-2012, contre la délinquance

Fillon était donc dans le XXe arrondissement de Paris pour faire la promotion des 200 caméras de surveillance prêtes à être mises en place dans la capitale. Financé par l'État à hauteur de 82,7 millions d'euros et 5 millions par la Ville de Paris, ce plan a été adopté en 2009 par le Conseil de Paris. Et avec ça, le préfet de police, Michel Gaudin, s'est félicité du «consensus» ayant prévalu au Conseil de Paris sur le sujet, puisque 112 voix ont validé le projet, tandis que 16 seulement l'ont rejeté.


Et à coup sûr, si le projet n'est pas suffisant en soi pour lutter contre la délinquance, ce n'est pas forcément un mauvais projet. Mais on se demande surtout, 2009? Application fin 2011? Ca n'aurait pas pu aller plus vite? Sarkozy n'a-t-il pas été élu en 2007? N'était-il pas ministre de l'intérieur dès 2002? On nous a déjà fait le coup en 2002. C'est quoi l'excuse maintenant?

La délinquance des cités du Ve arrondissement de Paris

Et puis Fillon n'a pas résisté à quelques déclarations sur la délinquance, on s'y attendait : «En dix ans, la délinquance ­générale a baissé de 23,7% et le taux d'élucidation a quasiment doublé, passant de 20 à 40% environ" […] "Le combat contre la délinquance est gagnable. Mais c'est un combat de long terme qui exige de la ténacité.» C'est formidable, on est content de l'apprendre. Mais outre le fait que ces chiffres ne montrent pas toute l'étendue de la délinquance, on pourra compter sur la gauche pour nous montrer la différence entre attaques aux personnes, vols et autres combines, il faudrait dire d'autres choses à Fillon.
1° 200 caméras pour une ville où passent 10 millions de personne par jour, ça paraît être une goutte dans l'océan.
2° C'est bien les caméras dans Paris. Mais la délinquance se trouve surtout en banlieue. On attend donc des caméras à Evry, Sarcelles, Saint Denis, Vitry, Mantes-la-Jolie, Villeneuves St Georges et Villeneuve-la-Garenne, Choisy, Orly, Argenteuil, Villejuif, Drancy, Alnay-sous-bois et dans tous les coins pourris de banlieue et de la France.
Mais pas seulement des caméras.

Pas étonnant que la démarche Fillon ait remportée un consensus au Conseil de Paris. Elle participe d'une logique tout à fait classique qui veut que les petits bourgeois des villes bourgeoises tentent de se protéger de la racaille de banlieue. Depuis le CPE de 2007 et les descentes répétées (car ça n'était pas nouveau) des racailles de banlieue dans les rues de Paris pour faire les vitrines et les sacs des "petits blancs" anti-CPE, une borne a été dépassée. Mais au lieu de traiter la délinquance là où elle se trouve, on lance des plans symboliques pour les grandes capitales, et on laisse la "brésilianisation" (Zemmour) ou "l'africanisation" (Attali) de la France se poursuivre.
On continue à traiter la délinquance comme dans les années 90, alors que c'était déjà bien tard.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.