Home » , , , , , , , , , » France et Turquie : rendre la pareille

France et Turquie : rendre la pareille

La Turquie rappelle son ambassadeur à Paris, menace la France, et que fait la France?
Drapeau de la Turquie

Par muzan pour Francis-info

La Turquie et le "génocide arménien"

C'est fait, la loi adoptée jeudi par l'Assemblée nationale punit d'un an de prison et de 45.000 euros d'amende la négation du "génocide" reconnu par la loi, comme l'est depuis 2001 en France le "génocide arménien" de 1915 qui a fait de 1 à 1,5 million de morts. Et depuis, la Turquie a mis la gomme et menace la France dans tous les sens, de mesures de représailles diplomatiques, militaires et économiques. En bon diplomate, Alain Juppé a multiplié les déclarations pour apaiser la Turquie, comme si elle avait été agressée. La pauvre, elle ne veut pas reconnaître et assumer la responsabilité des massacres de masse de 1915 perpétrés par les Ottomans.


La Turquie et la France, des partenaires économiques

La Turquie est le troisième marché de la France à l'exportation, hors Union européenne et Suisse, avec un montant de 6,3 milliards d'euro exportés en 2010. Elle fournit également 5,4 milliards d'euro d'importations en 2010. Les entreprises françaises sont massivement implantées en Turquie, avec plus 400 compagnies installées et 11,5 milliards d'euro d'investissements directs cumulés.

Sur le plan politique, la Turquie ne va pas se gêner pour exclure la France des appels d'offre publics et des entreprises comme EDF et Alstom sont concernées dans le domaine de l'énergie ou Vinci dans la construction du troisième pont sur le Bosphore. Toutefois il faut se rappeler que la France avait déjà été évincée de nombreux marchés publics à l'occasion d'une précédente tentative - avortée - de légiférer sur la négation du génocide arménien, en 2006. Les dégâts seront donc limités.

Et des sanctions contre la Turquie?

Alors que le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré "Malheureusement cette proposition a été adoptée malgré tous nos avertissements (...) Cela va ouvrir des plaies irréparables et très graves dans les relations bilatérales"; Juppé, concernant d'éventuelles représailles françaises envers la Turquie, s'est fait encore très diplomate : "Nous verrons bien et je souhaite qu'on en reste là, si possible […] Les relations entre la France et la Turquie sont des relations étroites et multiples dans beaucoup de domaines et nous avons beaucoup de choses à faire ensemble".

La France n'est pas le premier pays à se fâcher avec la Turquie ces dernières années. La Turquie s'en est pris, par exemple, à Israël, après l'opération Plomb durci à Gaza et à présent la Turquie d'Erdogan accuse la France de "génocide" en Algérie. Une accusation évidemment grossière, comme celle contre Israël, mais qui ne surprend pas de la part d'un Etat qui ne reconnaît pas le massacre d'un million et demi de personnes, qui occupe la moitié de Chypre sans que personne ne lui lance aucune menace et qui réprime dans le sang les Kurdes dans son pays. La Turquie s'oriente délibérément vers une politique impérialiste néo-ottomane.

Ce qui est fou, c'est que la Turquie se permette de menacer, et pas la France. La France, 5e puissance mondiale encore aujourd'hui, même en déclin, ne devrait pas avoir peur de montrer à la Turquie qu'elle n'a pas de leçon à donner, même avec sa forte croissance. C'est parce qu'elle se comporte comme un Etat faible qu'elle est en déclin.
Le problème en Occident depuis quelques décennies, c'est que ceux qui sont censés être les forts, se laissent menacer et sanctionner par ceux qui sont censés être plus faibles. Il est temps que cela change. Il est temps de montrer à la Turquie ce que peut lui coûter son comportement si la France lui rend la pareille.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.