Home » , , , , , , » Israël : vers un gouvernement sans Haredim

Israël : vers un gouvernement sans Haredim

Selon la chaîne d'information israélienne Aroutz 10, Yaïr Lapid de Yesh Atid et Naftali Bennett (Habayit Hayehudi) se seraient rencontrés afin de mettre au point une coopération en vue de présenter un gouvernement de coalition qui soit un front anti ultra-orthodoxes, sans aucun parti Haredim.

Yaïr Lapid et Naftali Bennett
Il faut rappeler que Yaïr Lapid a demandé comme condition de sa participation au gouvernement, une loi sur la conscription pour tous qui mette fin aux dérogations accordées aux ultra-orthodoxes (mais aussi à certains Arabes). Or Naftali Bennet du parti Habayit Hayehudi, l'héritier du tradition Parti national religieux Mafdal, a réclamé également une solution à ce problème. Naftali Bennett fut lui-même un soldat d'élite à Tsahal et son mouvement encourage l'armée. Son premier mot lors de son discours le soir des élections, fut pour les soldats de Tsahal. "Soldats de Tsahal, a-t-il lancé à la tribune, vous êtes nos héros".

Yesh Atid et Habayit Hayehudi voudraient donc former un front qui évite les partis haredim Shass et Yaadout Hatorah, qui sont opposés, chacun à son niveau, à une telle loi.

Il faut souligner qu'une telle coalition est tout à fait possible, elle est même très simple. Elle comprendrait trois partis : Yesh Atid, Habayit Hayehudi et le Likoud-Beitenou. A eux trois, ils forment 62 sièges sur 120, soit la majorité.



A priori, le Likoud est un parti laïc et ne devrait pas y voir de problèmes. Les religieux en son sein sont principalement des religieux sionistes qui font l'armée et qui travaillent. Quant à Israel Beitenou, le parti d'Avigdor Lieberman, allié au Likoud, c'est un parti qui réclame la conscription pour tous à 18 ans, depuis longtemps.

Toutefois, les dernières tentatives de vote d'une telle loi, lors de la coalition Likoud-Kadima, au mois de juillet dernier, ont échoué. Certains ont pointé du doigt du Kadima, mais d'autres ont jugé que Netanyahou n'a pas voulu se mettre à dos les partis Haredim, bien que le Likoud, son parti, ait voté en faveur d'une loi de conscription. Selon certains commentateurs, Netanyahou serait trop imbriqué avec les partis ultra-orthodoxes.

Si c'est le cas, si Netanyahou échoue à faire voter une telle loi parce que trop lié aux partis ultra-orthodoxes, il est probable que son électorat, qui dans l'ensemble souhaite une telle loi, ne lui pardonne pas.  

Les élections israéliennes et la percée de Yaïr Lapid, figure laïque en Israël, ont montré à quels points le public israélien voulait trouver une solution aux questions posées par la communauté ultra-orthodoxe.

Misha Uzan - Francis-info

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.