Home » , , , , , , , , , , , » Naftali Bennet serait prêt à changer le statu quo sur l'Etat et la religion en Israël

Naftali Bennet serait prêt à changer le statu quo sur l'Etat et la religion en Israël


Naftali Bennett, chef du parti Habayit Hayehudi
Le parti Habayit Hayehudi de Nafatali Bennett, injustement qualifié d’extrême droite religieuse par la presse française, a réussi une belle percée avec 12 sièges à la Knesset. Les résultats définitifs comptabilisant les votes des soldats lui ont fait obtenir un siège de plus, Habayit Hayehudi termine donc devant Shass, qui obtient 11 sièges.

Le soir des élections fut l’occasion d’écouter de beaux discours et de moins bons. Shelly Yachimovich semblait dépassée par les événements et avoir peu de présence. Arieh Deri en revanche, persuadé alors d’obtenir 13 sièges et donc d’en avoir fait gagner deux à Shass, a fait la démonstration de ses qualités oratoires et de son charisme qui plaît tant, avec un véritable show.

Ce soir-là, Naftali Bennett s’est également illustré par un magnifique discours qui rappelait le rôle historique du Mafdal, le Parti national religieux (qui n’a rien à voir avec l’extrême droite) depuis Ben Gourion. Il a fait honneur aux soldats d’Israël et a tenté de réunir laïcs, religieux, haredim ou encore traditionnalistes, appelant à un "sionisme fier".

Nafatali Bennett a répété sa volonté d’intégrer le gouvernement sous la direction de Binyamin Netanyahou. Il semble prêt à rejoindre une coalition avec Yaïr Lapid. On ne sait pas encore si Yaïr Lapid l’a accepté mais c’est certainement la coalition la plus simple et la plus efficace qui puisse naître car, contrairement à ce qu’affirment certains journaux, Yaïr Lapid n’appartient pas au bloc de gauche. Il a par ailleurs récupéré des votes de droite et de centre-droit, du Likoud, de Kadima, voire d’Israel Beitenou.





Et Naftali Bennet semble être prêt à s’entendre avec Yaïr Lapid. En effet, le chef du parti Habayit Hayehudi a appelé à un changement dans le statu quo dans les relations entre la religion et l’État d’Israël. Yaïr Lapid avait peu fait campagne sur la question des territoires et Naftali Bennett avait peu fait campagne sur la question du statu quo. Certains l’accusaient d’être dominé par des rabbins extrémistes et intolérants (voir notre interview du Rav Haïm Amsellem). Comme réponse, Bennett mettait surtout en avant Ayelet Shaked comme représentante laïque du mouvement. Nous-mêmes, dans notre interview écrite avec le parti Habayit Hayehudi, n’avons pas obtenu de réponse sur ces sujets, qui ont été poliment laissés de côté.

Mais à présent que Bennett ne peut plus éviter le sujet, il a profité du score de Lapid et d’une première réunion pour mettre le sujet sur la table. Une question qu’il considère comme urgente et sur laquelle il espère travailler tout de suite à la Knesset.

"Nous avons triplé notre pouvoir par rapport aux élections précédentes" a déclaré Bennett. "Nous nous sommes unis. Sur toutes les questions de la religion et de l’Etat, il y a eu un statu quo pendant des décennies. Je pense qu’il est temps d’ouvrir toutes les questions sur la religion et l’Etat, s’asseoir et lancer un débat sur le sujet, dans le respect mutuel de toutes les factions, afin de trouver une nouvelle façon de traiter de cette question. […] Nous devons au moins être ouvert à la discussion", a dit Bennett. "C’est le rôle du sionisme religieux, à mon avis, et de Habayit Hayehudi, d’agir comme un pont. D’une part nous vivons dans le monde réel, nous servons dans l’armée et travaillons, et d’autre part, nous vivons aussi dans le monde de la Torah. C’est notre rôle et je pense que seul Habayit Hayehudi saura comment faire cela."

La proposition de Bennett peut se heurter en revanche à l’opposition farouche des partis haredim Shass et Yaadout Hatorah, s’ils devaient entrer en négociation pour former une coalition. Car les rumeurs courent déjà, que Netanyahou tenterait de former une coalition qui comprendrait Yaïr Lapid bien sûr, puis Habayit Hayehudi, mais aussi les partis ultra-orthodoxes.

Enfin, Bennett a évoqué également le fait d’ajouter le dimanche comme jour de repos en Israël, en plus du Shabbat.

Misha Uzan – Jforum / Correspondant spécial en Israël 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.