Home » , , , , , , , , » Mavi Marmara : "Nous n’avons rien fait de mal"

Mavi Marmara : "Nous n’avons rien fait de mal"


Les soldats impliqués dans l’assaut sur le Mavi Marmara en 2010 ont souhaité exprimé leur incompréhension face aux excuses présentées après presque trois ans par Israël envers la Turquie.

Les excuses ont évidemment été présentées pour des raisons diplomatiques, semble-t-il sous pression de Barack Obama.


Les réactions à ces excuses ont été nombreuses : le président Shimon Pérès par exemple a approuvé la présentation d’excuses, et le chef d’état major de Tsahal Benny Gantz a également soutenu cette décision.

En ce qui concerne l’événement lui-même, Gantz a déclaré que "dans l’action sur la flottille, il y a des leçons à tirer de fonctionnement, mais il s’agissait d’une opération effectuée avec des valeurs. Toute autre armée aurait effectué de nombreuses victimes de plus. Les soldats de l’assaut ont utilisé la force minimale et exécuté une action nécessaire. […] Je connais personnellement le commandant de la flottille et j’ai une foi complète en ce qui concerne ce qu’ils ont fait dans le passé, et ce qu’ils feront à l’avenir", a déclaré Gantz. "Ils comprennent également en proportion la différence entre le discours et la nécessité stratégique."

Shimon Peres a ajouté de son côté dans une interview sur la Turquie : « Nous ne pouvons pas changer le passé, c’est une réconciliation indispensable. Il y a une différence entre la Turquie et l’Iran. L’Iran veut détruire Israël et la Turquie n’a pas de serment de ce genre. Israël et la Turquie veulent un règlement pacifique au Moyen-Orient, sans rupture et sans pauvreté. Ce qui s’est passé aujourd’hui libère et nous amène à prendre soin de l’avenir. "

Par ailleurs, le nouveau ministre de la défense Moshe Boogie Ya’alon a salué la réconciliation entre Israël et la Turquie, affirmant que le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahu a pris une "décision responsable" en la matière.

Le rapprochement entre Jérusalem et Ankara aurait été négocié par le président américain Barack Obama, vendredi, mettant fin à une crise diplomatique de trois ans depuis qu’une flotille turque a tenté d’entrer dans la bande de Gaza par la mer sans autorisation. Le navire a été arraisonné par la marine israélienne et neuf citoyens turcs armés ont été tués lors de l’opération.

"Netanyahu a pris une décision responsable. L’accord conclu avec la Turquie [sur l’indemnisation des familles des victimes] n’entre pas en conflit avec la position d’Israël sur la question au cours des trois dernières années", a indiqué Yaalon. "Les récents développements régionaux et la participation américaine ont facilité la résolution de cette crise. C’est un intérêt qu’Israël et la Turquie partagent." L’unité de Porte-parole de Tsahal a également déclaré que "le mouvement a été fait avec le plein appui et la bénédiction du chef de cabinet, à la lumière de l’importance des relations de défense avec la Turquie et du fait que [l’accord] fournit une protection juridique pour les soldats et les officiers qui ont participé à l’opération."

Le major-général réserviste conseiller en sécurité nationale Yaakov Amidror a déclaré : "Nous sommes confrontés à une situation où l’espace entre nous et la Turquie [la Syrie] est en train de s’effondrer - un pays qui possède des armes chimiques, et qui les a déjà utilisés. Meilleure est la coopération entre nous et la Turquie, plus il sera facile pour nous de faire face à cette situation explosive." Amidror a souligné qu’ "il n’y avait pas que la pression des Américains. C’était notre idée, nous l’avons pris pour nous et ils nous ont aidé."


La décision n’a néanmoins pas été accueillie de la même façon parmi tous les partis au sein du gouvernement.

Le député Yoni Chetboun (Habayit Hayehudi) –député francophone- a indiqué qu’ « Israël n’a pas le privilège de présenter des excuses pour ses troupes quand elles ont clairement suivi l’éthique militaire et la pureté des armes. […] Ces excuses sont un poignard dans le dos des soldats de Tsahal et elles envoient un message aux soldats israéliens qui est que l’Etat ne défend plus leurs actions. […] En tant qu’officier et commandant, je peux témoigner du fait que savoir que vous avez le soutien du gouvernement est crucial pour les soldats sur le terrain."

Un soldat qui a pris part au raid de 2010 au large de la côte de Gaza a indiqué au journal Israël Hayom qu’il a trouvé les excuses à la Turquie « offensantes ».

"J’ai été blessé par les excuses du premier ministre et je suis sûr que beaucoup de mes camarades l’ont été aussi", a-t-il déclaré. « Je ne veux pas entrer dans la question de savoir si c’était la bonne chose à faire politiquement, mais dire qu’il y avait des défaillances opérationnelles, c’est comme cracher au visage de chaque soldat qui a été envoyé sur cette mission. […] Nous avons tout fait pour éviter de blesser des personnes innocentes. Ce que nous avons rencontré [sur le Mavi Marmara] n’était pas seulement la violence, c’était du terrorisme. J’espère que ce point est clair, parce que sinon ça ferait mal à la motivation pour servir dans la marine."

"Je ne pense pas que nous ayons fait quelque chose de mal", a déclaré un autre combattant dans la marine qui a participé au raid sur le Mavi Marmara en 2010. « Nous avons fait la bonne chose. Je n’en ai pas honte et nous n’avons rien à nous reprocher. […] Ces excuses ne signifient rien. Elles sont destinées à promouvoir la réconciliation. Sur le plan personnel il n’est pas nécessaire de faire des excuses, mais d’un point de vue national ... il semble que ce soit la bonne chose à faire."
Un autre soldat a déclaré à Ynet que "d’une part, il y a quelque chose de très injuste lorsque vous êtes en combat et que vous n’avez rien fait de mal. Mais d’un autre côté, peut-être est-il temps de mettre fin à cette saga..."

Enfin, en ce qui concerne la décision d’indemniser les familles des citoyens turcs qui ont été tués dans le raid, les soldats de la marine ont été nombreux à être scandalisés, indiquant que les soldats de Tsahal qui ont subi des blessures dans l’incident n’ont pas encore été indemnisés.
L’ancien commandant de la marine Eliezer Marom, qui était le commandant du raid en 2010 a pour sa part déclaré à Ynet qu’il était contre les excuses d’Israël. "Nous devons soutenir les soldats de Tsahal. Si vous commencez à présenter des excuses pour les erreurs de combat, où cela s’arrêtera ? Un soldat de Tsahal doit être soutenu. "Je me demande comment cela peut affecter les soldats", a ajouté Marom, c’est ce qui me dérange. […]

Misha Uzan - JForum / Correspondant spécial en Israël


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.