Home » , , , » Présidentielles 2012 : ça commence mal

Présidentielles 2012 : ça commence mal

C'est curieux comme, sous la cinquième république, on attend les présidentielles.
Hollande et Sarkozy : le duel?

Par muzan pour Francis-info

L'attente des présidentielles

Avec une extrême personnalisation des élections présidentielles, de par le quinquennat qui fit correspondre l'année des présidentielles et des législatives, les élections présidentielles en France se ressentent comme un moment majeur. On attend que ça, voter, voter … et pour qui … Et pourtant, il n'y a pas grand-chose à en attendre. Même le vote blanc n'est pas comptabilisé. Et l'abstention, si elle se relève, ne change pas grand-chose.

Le début des présidentielles


2012 semble démontrer que la campagne risque d'être lourde. D'un côté, le chef de l'État ne s'est pas encore déclaré candidat, mais avec ses vœux à chaque catégorie de métiers, il fait comme s'il commençait sa campagne. Il fait ses vœux à la télé, il se balade dans toute la France, dans l'Ariège pour ses vœux aux agriculteurs, puis mardi à Brest pour ses vœux aux armées puis jeudi dans la Vienne pour parler éducation. En deux jours depuis le 31, on a l'impression qu'il a repris la cadence de ses débuts … ou la cadence Sarkozy en campagne. De l'autre côté, la gauche refuse à peu près tout ce qui est proposé, sur le traité européen, sur la TVA sociale, et l'assène de coups sur des affaires louches : Clearstream, les valises de billet et ce début janvier sur l'affaire Karachi. Des affaires dont personne ne sait rien en dehors éventuellement des quelques juges qui s'en occupent. Mais rien qui n'intéresse vraiment. On a le sentiment que la campagne ne sera qu'une nouvelle fois qu'un match de boxe entre des poids plumes qui n'intéressent personne.

Les présidentielles : 2e prise

Mais Sarkozy a déclaré qu'il voulait relancer les idées et dit rester fidèle aux convictions d'il y a cinq ans, «l'analyse de Gramsci [un penseur marxiste italien, selon lequel,] le pouvoir se gagne par les idées". En novembre et décembre, Sarkozy se sera donc positionné sur sa vision de l'Europe et du nucléaire, en janvier, sur l'éducation, et puis l'économie, la culture, et la santé suivront. Et le 18 janvier, ce sera le sommet pour l'emploi. Les mots, les médias, l'image, c'est ça aussi la méthode Sarkozy. Ca a marché en 2007. Des idées, comme la TVA sociale, dont on reparle à nouveau, pour une 2e prise, et qui s'étaient noyées sans être appliquées ou même votées et débattues depuis quatre ans. Sans accuser personne, on a bel et bien le sentiment que même si quelques idées pourront être justes et intéressantes, les mêmes personnes au pouvoir ne les ont pas appliquées après les dernières présidentielles.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.