Home » , , , , , , , , , , » Vladimir Zeev Jabotinski, Histoire de ma vie

Vladimir Zeev Jabotinski, Histoire de ma vie

Vladimir Zeev Jabotinski, Histoire de ma vie, Paris : Les Provinciales, 2011, traduit de l'hébreu par Pierre I. Lurçat

Vladimir Zeev Jabotinski


« Un vieillard qui disparaît, c’est comme une bibliothèque qui brûle». Cette célèbre phrase de l'écrivain malien Amadou Hampaté Ba mériterait d'être complétée : " Lire les Mémoires ou l'autobiographie d'un grand homme, c'est comme fouiller dans sa bibliothèque personnelle".
C'est particulièrement vrai avec Histoire de ma vie, de Vladimir Zeev Jabotinsky. On ne peut que remercier Pierre Itshak Lurçat et les éditions Les Provinciales, d'avoir traduit et édité l'autobiographie de l'initiateur du sionisme révisionniste, grand personnage du mouvement sioniste, et grand homme du XXe siècle.

On ne peut qu'admirer l'œuvre d'un visionnaire et prophète, un homme politique droit et sincère, traducteur de grandes œuvres, écrivain à la plume belle et puissante, polyglotte redoutable.

Ce n'est pas l'homme politique, le théoricien ni même l'écrivain que nous raconte Jabotinsky dans ses pages, c'est l'homme qu'il a été. Avec une sincérité étonnante, n'hésitant pas à confesser ses erreurs, ses oublis, ses imprécisions, confessant ses défauts, il nous livre ses sentiments, ses pensées, ses amitiés. Depuis sa naissance à Odessa, les phrases de sa mère, son éducation, ses lectures, jusqu'après la première guerre mondiale, on suit Jabotinski presque partout en Europe : en Russie sa "patrie matérielle", en Italie "sa patrie spirituelle", en Suisse, en Pologne, en France ou en Eretz Israël. On découvre un Jabotinski tour à tour et tout en même temps journaliste, étudiant, responsable et activiste politique puis penseur, auteur. Avec lui on croise quelques grands hommes de son époque : Herzl bien sûr qu'il n'a pu voir qu'une seule fois, mais aussi Weizmann, les deux Syrkin (Nahum et Bahman), Yehouda Gordon, et de nombreux leaders, auteurs et professeurs européens de l'époque, dont la plupart sont aujourd'hui inconnus. En s'arrêtant brusquement aux environs de 1920, Jabotinski nous parle beaucoup de l'Europe, un peu du sionisme, et pas tant que ça d'Israël.  Mais on apprend beaucoup en sa compagnie. Pas seulement sur lui-même. On découvre aussi de nombreuses péripéties ou petits détails, trop nombreux pour tous les citer mais dont on perçoit parfois l'influence, plus quatre vingt ans plus tard. A titre d'exemple, Jabotinsky indique comment nul ne l'a pris au sérieux, y compris dans le camp sioniste, lorsqu'il a mentionné sa volonté de faire de l'hébreu la première langue d'enseignement juif en diaspora[1]. Si elle avait été plus appliquée, une telle mesure aurait évité bien des soucis à des millions d'immigrants en Israël, jusqu'à aujourd'hui. Là encore Jabotinski était visionnaire.

Histoire de ma vie présente l'histoire personnelle d'une des plus grandes figures du sionisme, d'un politique, écrivain et homme de talent trop souvent oublié et injustement dénigré. On ne peut plus apprendre le sionisme sans Jabotinski et son Histoire de ma vie.
*

Terminons par deux exemples typiques riches d'enseignement et trop souvent inconnus.

1)      Jabotinski n'est pas seulement trop peu connu du public occidental qui attache un intérêt – bon ou mauvais – à l'Etat d'Israël. Il est aussi trop mal connu, y compris des intellectuels.
Dans son livre – minable disons-le – sur Les intellectuels faussaires (Paris : Stock, 2011), Pascal Boniface, dans son chapitre, inintéressant et enfantin sur Frédéric Encel, qualifie Jabotinski au détour d'une phrase de "chef historique de l'extrême droite israélienne".
Boniface ne connaît apparemment rien de la politique israélienne et de l'arène politique en Israël. Jabotinsky, admirateur de Garibaldi et de Mazzini, et non de Mussolini, comme le rappelle Pierre Lurçat dans sa postface, est un "libéral à l'ancienne"[2] et un démocrate. Libre à Boniface de penser ce qu'il veut de la droite israélienne, mais Jabotinski est le leader historique de la droite israélienne (encore que certaines de ses idées sont empruntées largement par la gauche), et non de l'extrême droite. Le qualifier ainsi n'a pas de sens. Jabotinski, qui n'était pas socialiste, serait même à la gauche des droites européennes à son époque. Histoire de ma vie montre une fois de plus qu'il était humaniste, tolérant, ouvert et hostile au racisme qui qualifie l'extrême droite.
On ne saurait que citer à nouveau cette phrase :
"Je déteste à un point extrême, de manière organique, d’une haine qui échappe à toute justification, à la rationalité et à la réalité même, toute idée montrant une différence de valeur entre un homme et son prochain. Cela ne relève peut-être pas de la démocratie mais de son contraire : je crois que tout homme est un roi…
Vladimir Zeev Jabotinsky"
Histoire de ma vie


2)      Dans sa postface, Pierre I. Lurçat complète l'absence d'autobiographie de Jabotinski sur les vingt dernières années de sa vie par un historique de quelques pages, essentiel à la compréhension de l'homme politique qu'il fut.
Il rappelle ainsi qu'à l'origine, le mandat britannique qui promet un "foyer national juif" via la déclaration Balfour s'étale sur les deux rives du Jourdain, il comprend donc l'actuel Jordanie, et l'actuel Etat d'Israël. En 1922 Churchill fait cadeau unilatéralement aux Hachémites de 80% du territoire mandaté. La revendication sioniste est donc amputée de 80% du territoire revendiqué et promis par la déclaration Balfour. Pour la droite israélienne donc, dont Jabotinski est le chef historique, il y a déjà eu partage, et plus qu'inégalitaire. Comment donc en accepter encore un autre? C'est ce que fera néanmoins la gauche et Israël naîtra sur une portion ridicule du territoire revendiqué, 90% environ des territoires seront occupés par les Arabes par le biais de la Transjordanie. De partage en partage, de découpages en découpages, on ne peut empêcher une partie au moins de la classe politique israélienne, d'observer l'histoire de l'Israël moderne comme celle d'une peau de chagrin.


[1] Sur la guerre des langues au pays d'Israël voir mon article sur la création de l'hébreu moderne : http://www.mishauzan.com/article-la-creation-de-l-hebreu-moderne-49137530.html
[2]  Cité in Alain Dieckhoff, L'invention d'une nation. Israël et la modernité politique, Paris : Gallimard, 1993

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.