Renoncer au terrorisme : autre mythe palestiniste

Dans une interview accordée à la chaine de télévision Euronews, le négationniste Mahmoud Abbas, a affirmé que, selon un accord passé avec le Hamas, ce dernier renoncerait au terrorisme, ce qu'il appelle la "lutte armée" contre Israël.

Par muzan pour Francis-info
Logos du Fatah et du Hamas, les signes ne trompent pas, les armes et la violence font partie des deux organisations

Le Hamas poursuit le terrorisme

Dans cette interview, Abbas affirme que le leader du Hamas, Khaled Mashaal, aurait accepté de "renoncer à la violence à l'égard d'Israël" et de baser sa politique "sur des actions civiles et non violentes".

Abbas a évidemment menti pour la télévision européenne … Sur les sites palestinistes d'information, dont les sites officiels, en anglais et en arabe, il n'est fait aucune mention de cette déclaration, ni d'arrêt de la violence. Dimanche soir, Salah al-Bardwil, membre du Bureau politique du Hamas, a formellement démenti ces affirmations. Selon lui la question n'a jamais été abordée au cours des entretiens entre Mahmoud Abbas et Khaled Meshaal. Par ailleurs une vidéo a été également diffusée par des hommes du Hamas, cagoulés et les armes à la main, tenant le même propos et indiquant que le Hamas n'avait nullement l'intention de déposer les armes.  Par ailleurs, la semaine dernière, Ismail Haniyeh, premier ministre du Hamas à Gaza a eu des déclarations bellicistes et guerrières, pour changer, et, dans un appel fidèle à la tradition arabiste, a lancé un appel à la formation d'une "armée arabe pour libérer prochainement Jérusalem et la mosquée d'Al Aqsa". Les invasions arabes ne sont pas finies.


Le terrorisme et la diplomatie : deux armes palestinistes conjointes

Ce mensonge d'Abbas est en fait un classique du genre palestiniste. On déclare une chose sur une chaîne ou pour un journal européen, et on s'abstient de le faire. Au pire, on dit une chose en anglais, mais pas en arabe. Ou bien on fait dire une chose par quelqu'un et quelque chose d'autre par un autre, pour brouiller les pistes. Le Hamas pratique le terrorisme et la diplomatie ensemble. Certains diplomates occidentaux en effet, ont témoigné de rencontres diplomatiques avec des hommes proches du Hamas, et ont relayé naïvement leur discours sur les écrans occidentaux. Un diplomate proche du Hamas leur a laissé entendre que le Hamas accepterait l'arrêt du terrorisme contre la ligne de cessez-le-feu de 1949, ce type de propos a été déclaré sur le petit écran occidental. Dans le même temps, un haut dirigeant du Hamas promettait de jeter tous les Juifs à la mer. Mais peu importe, le diplomate avait transmis le message et réussi à faire croire, au moins à certains occidentaux, que c'est Israël qui faisait le difficile et "l"intransigeant" et que le Hamas n'était pas vraiment un groupe terroriste.

Une tradition palestiniste : au Fatah comme au Hamas, terrorisme et diplomatie

Le Hamas n'est à vrai dire, pas un vrai spécialiste du genre. Bien qu'il soit débordé par le Djihad islamique et les Salafistes (le Hamas est une filiale des Frères musulmans – comme tout se rejoint avec l'Egypte), il reste une organisation terroriste islamiste qui ne se donne que des airs de mouvement nationaliste palestiniste (ceci n'est destiné en vérité qu'au public occidental puisqu'il n'y a dans l'islam que nation de l'islam). En vérité, le Fatah et l'OLP sont depuis plus longtemps spécialisés dans le maniement conjoint du terrorisme et de la diplomatie. Yasser Arafat est le spécialiste toutes catégories du genre, lui qui a réussi à entrer à l'ONU alors qu'il détournait des avions et envoyait des fedayins tuer des Juifs. Lui qui a signé les accords d'Oslo et continué à envoyer des hommes se faire exploser en bombes humaines. Mahmoud Abbas après lui, n'a pas dissout les Brigades des martyrs d'Al-Aqsa et n'a pas cessé l'enseignement du terrorisme à l'école.

La question qu'il faut se poser n'est pas de savoir si le Hamas, en tant que tel, cessera le terrorisme un jour ou non, puisque ça n'arrivera pas tant que le Hamas sera le Hamas, mais de savoir s'il compte ou non, évoluer vers un emploi plus fréquent de la supercherie terrorisme – diplomatie, comme l'a fait le Fatah avant lui, sourire avec des petits fours halal d'un côté, bombes et sang de l'autre.

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Recevez notre newsletter

Le + lu cette semaine

Fourni par Blogger.